Agenda |

 

Sur la texture de l’objectivité : images et imagerie d’une catastrophe (in)visible

Anne-Lyse Renon/11 février 2014/Séminaire « Formes Symboliques »

Séminaire du LIAS « Formes Symboliques »

Séance du mardi 11 février 2014,

105 Bd Raspail 75006 Paris, salle 2

Anne-Lyse Renon (LIAS-IMM)

« Sur la texture de l’objectivité : images et imagerie d’une catastrophe (in)visible »  

 

Comment penser la « texture » de l’objectivité dont parlait Cassirer dans le deuxième volume de la PFS ? Des lieux de recherche que sont les laboratoires scientifiques, perçus comme des sources d’ « objectivité », émanent des images dont la signification est liée aux processus et aux finalités de la production de connaissance et qui apparaissent comme la « texture » de la réalité que la réflexion scientifique se donne pour objet d’expliquer. Ces images recouvrent des fonctions diverses. La principale est d’ordre didactique. L’image agit comme un opérateur ou un agent médiateur entre le chercheur et la réalité du monde physique. Avec le traitement informatique et les récents outils de visualisation, telle que la simulation dynamique, le chercheur a également accès à de nouvelles interfaces de gestion. Ces visualisations de données conduisent à s’interroger sur leurs modalités, telles que leurs moyens propres de représenter l’espace et les formes qui l’habitent, ainsi que le temps et son écoulement. Le problème temporel est particulièrement important dans le cas de la compréhension des catastrophes (voire de leur prévisions). En effet, « Voir » la catastrophe, et le cas d’un accident nucléaire est exemplaire, a ceci de particulier qu’il nécessite des dispositifs construits. Comment le visuel, cette « matière » d’expériences, dont la variation des modèles comporte aussi des variations culturelles, peut-il à son tour « modeler » le sens ? Nous étudierons ces questions au travers de trois exemples d’images liés à l’accident nucléaire de Fukushima, où l’objectivité de la donnée se mêle au caractère spectaculaire de l’événement. Ces trois exemples impliquent trois formes de temporalités distinctes : (1) celle des images-satellites de paysages dévastés, représentés à l’aide de modèles de type « avant-après) ; (2) celle des dispositifs de surveillance « in-situ » mis en place par l’agence Tepco suite à l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima, dans un souci de communication et de « transparence » ; et enfin (3) celles des simulations de données effectuées sur d’autres territoires, anticipant des accidents nucléaires futures.  

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Les chercheurs et leurs pratiques : discours, savoirs, pouvoirs

Journée(s) d'étude - Lundi 11 juin 2018 - 09:00Researchers and their practices: discourses, knowledge, power3rd Workshop organized by Institut Marcel Mauss (IMM), Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (CEMS), Groupe Sciences et Technologies (GST) and the ERC DISCONEX team11-12 JUIN 2018École des (...)(...)

Lire la suite

"Social Reflexivity and Informalization"

Journée(s) d'étude - Jeudi 17 mai 2018 - 09:00Journée d'étude "Social Reflexivity and Informalization"17 mai 2018 - 9h-18h30Reid Hall. 4 rue de Chevreuse, 75006. Métro: Vavin ou Notre-Dame-des-Champs Cette journée d'étude, qui se déroulera en anglais, a pour vocation de faire dialoguer la notion (...)(...)

Lire la suite

Monothéisme et politeia

Colloque - Vendredi 16 mars 2018 - 09:30Monothéisme et politeiaLe Dieu-Un, l’ordre politique, la vie collective 16-17 mars 2018Organisation : Fethi Benslama – Julia Christ – Anoush GanjipourInstitut Humanités, Sciences et Sociétés [Université Paris Diderot] - Laboratoire interdisciplinaire d’étu (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Linguistique Anthropologique et Sociolinguistique – Institut Marcel Mauss

LIAS–IMM / UMR-8178

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tél. : 01 49 54 25 24/26 10
Fax : 01 49 54 26 70
lias@ehess.fr