Programme ANR SOURVA |

Colloques et journées d'études

2015 :

Colloque « L’improvisation poétique italienne au prisme de ses variations »
Vendredi 16 octobre 2015, 190-198 Avenue de France, 75013 Paris

 L’objectif de cette journée est d’instaurer un dialogue entre spécialistes français et italiens des joutes poétiques improvisées en Italie centrale et en Sardaigne. Il s’agira en particulier de réfléchir aux modalités de production et de différentiation d’une forme symbolique centrale de la culture traditionnelle orale, et de confronter différentes approches prenant en compte les relations complexes qui existent entre les caractéristiques métriques, musicales, pragmatiques et interactionnelles de ce genre poétique. On se propose en particulier de :

  • - faire le point sur les pistes de recherches récentes en ethnopragmatique et en ethnomusicologie sur l’improvisation poétique de tradition italienne, en particulier sur les duels chantés en ottava rima.
  • - introduire une mise en perspective des travaux issus des diverses disciplines s’intéressant à cet art poétique, afin de préciser les enjeux théoriques et méthodologiques d’une analyse comparative des formes traditionnelles d’improvisations chantées.
  • - réfléchir aux principes et aux règles qui définissent non pas tant les similitudes que l’espace des variations existant au sein de ce répertoire traditionnel (présence ou absence du Contrasto, variations mélodiques, métriques, reprise obligée ou pas de la rime, variations diatopiques, etc.)

Cette journée s’inscrit dans le cadre du projet « Aux sources de la variation culturelle » (ANR Sourva) du LIAS qui vise à articuler les notions de production et de variation culturelles en fédérant les recherches autour du thème de la variabilité des formes culturelles.

Brochure Colloque Ottava Rima


Programme

♦ 9h30 : Accueil des participants


♦ 9h45 : Présentation de la journée par Michel de Fornel et Grazia Tiezzi


♦ 10h : Paolo Bravi (Conservatoire de musique G.P. Palestrina-Cagliari/Université de Sassari)
Le rythme de la joute. Analyse comparative de l’articulation de la dimension temporelle dans deux performances d’improvisation chantée en ottava des traditions d’Italie centrale et en langue sarde logudorese
Il ritmo della gara. Un’analisi comparativa dell’articolazione della dimensione temporale in due performance in ottave della tradizione centro-italiana del canto a braccio e della tradizione sardo-logudorese.
Discutant : Vincenzo Raimondi (LIAS-IMM)

♦ 11h : Cristina Ghirardini
Chanter en octaves dans la péninsule italienne
Cantare in ottave nell’Italia peninsulare
Discutante : Grazia Tiezzi (LIAS-IMM)

♦ 12h : Ignazio Macchiarella (Université de Cagliari)
L'inéluctable élément accessoire. Le concept de musique dans l’improvisation poétique en Italie
L’ineludibile elemento accessorio. Il concetto di musica nella poesia improvvisata in Italia
Discutant : Michel de Fornel (LIAS-IMM)
♦ 13h : Pause déjeuner

♦ 14h30 : Daniela Mereu (Université de Bergame)
Variation diatopique et koinè littéraire dans la tradition de poésie improvisée du campidanese
Variazione diatopica e koiné letteraria nella tradizione di poesia improvvisata campidanese
Discutant : Antonino Bondì (LIAS-IMM)

♦ 15h30 : Giancarlo Palombini (Université de Pérouse)
L’ottava rima en Alta Sabina. Histoire d’une recherche entre approche émique et étique
L’ottava rima in Alta Sabina. Storia di una ricerca con un approccio tra emico ed etico
Discutant : Giovanni Carletti (LIAS-IMM)

♦ 16h30 : Giovanni Kezich (Museo degli Usi e Costumi della Gente Trentina)
La poésie comme oeuvre et comme foi
La poesia come opera e come fede
Discutant : Jean-Pierre Cavaillé (CRH-EHESS)

♦ 17h30 : Discussion générale. Coordination par Carlotta Santini (LIAS-IMM)




2014 :


Atelier : « La variabilité culturelle en question : la monnaie antique grecque entre technique et usages »
Jeudi 11 décembre 2014, 190-198 Avenue de France, 75013 Paris

Dans le cadre du projet ANR Sourva (‘Aux sources de la variation culturelle’), le LIAS (composante de l’Institut Marcel Mauss – CNRS-EHESS, UMR 8178) organise un atelier ayant pour thème la nature et la diversité des usages de la monnaie, en prenant pour cas paradigmatique l’exemple de la Grèce ancienne.
Cet atelier vise à faire se rencontrer des spécialistes de disciplines variées qui ont, pour certains, l’exemple envisagé pour terrain d’étude et pour d’autres, un intérêt pour la question anthropologique de la variabilité culturelle.


1. La notion de variabilité culturelle


Contrairement à la notion de diversité culturelle qui suppose une hétérogénéité intrinsèque des formes culturelles (langues, techniques, organisations sociales, styles esthétiques, etc.) sans qu’une raison à cette hétérogénéité soit avancée, la notion de variabilité culturelle assigne à l’hétérogénéité une raison en la définissant comme l’ensemble des variations que peut prendre une forme culturelle tout en continuant à être reconnaissable. Les variations définissent dès lors entre elles une relation de voisinage fondée sur une norme commune. Les écarts par rapport à la norme peuvent alors être interprétés selon deux modalités, selon que l’on restreint ou pas la relation de voisinage en question. Dans le cas où on limite la portée de cette relation de voisinage, la forme culturelle est considérée comme fixe et l’écart est interprété comme une déviation par rapport à la forme identifiée directement à sa norme ; dans le second, c’est au contraire grâce aux écarts conçus comme des variantes dans une relation de voisinage que la forme finit par devenir perceptible. Accorder ou pas un rôle constitutif à la variation dans la reconnaissance de l’identité propre à une forme culturelle revient ainsi à envisager la norme comme susceptible de faire ou non une place à la variation.
Trois cas sont alors envisageables, que la tradition anthropologique rapporte aux paradigmes de la « diffusion », de la « structure » et de la « transaction ».

  • Dans le cas diffusionniste, les variations culturelles affectant une forme sont rapportées à une simple contingence historique s’opposant à ce qui la rend invariante. Une forme culturelle ressemble alors à un matériau inanimé, susceptible de se diffuser à travers les sociétés à partir d’un point d’origine et par rapport à laquelle toute variation dans l’espace et dans le temps finit par dégrader la relation de voisinage fondée sur la norme commune. La variabilité est alors conçue sur le mode de l’« influence » d’un groupe social sur un autre qui est susceptible d’« imiter » avec plus ou moins de « fidélité » la forme en question, selon que le groupe social imitant est proche de la source de la forme innovante.
  • Dans le cas structuraliste, les variations d’une même forme apparaissent comme significatives par opposition les unes aux autres : une variation est alors conçue sur le mode de la « variante » qui s’intègre à un système dont le sens possède une pertinence spatiale et temporelle déterminée mais qui ne possède pas en lui-même les raisons de sa variabilité. Les raisons de la variabilité restent alors hors du domaine de ses principes méthodologiques.
  • Dans le cas transactionnel, ce sont précisément les raisons de la variabilité qui sont au cœur du modèle. Une forme culturelle doit alors être conçue comme le résultat d’une double contrainte définissant le périmètre dans lequel elle reste reconnaissable : il faut d’une part que l’expression propre de la forme culturelle soit faite en conformité à la norme pour que la forme puisse être publiquement reconnue comme telle ; il faut d’autre part que l’expression de la forme culturelle soit l’occasion de se démarquer par rapport à la norme en produisant un écart pour que l’expression apparaisse comme un événement innovant porteur de sens. Cet équilibre instable introduit une variabilité intrinsèque des formes culturelles dont la poursuite constitue le moteur même  de la vie sociale.



2. L’atelier
    
Son but : il vise à clarifier la nature et le rôle que peut jouer la notion de variabilité culturelle au cœur de la vie sociale en explorant le cas de la monnaie en Grèce ancienne, de la  technique de sa fabrication à la diversification progressive de ses usages.

Ses participants : les membres du LIAS ne sont pas des spécialistes de la question monétaire et leur terrain d’étude n’est pas la monnaie grecque antique mais ils souhaitent confronter leurs recherches anthropologiques et sémiotiques avec des travaux portant sur ce cas qui leur semble permettre de cerner la notion de variabilité culturelle de façon précise.
La rencontre vise donc à la fois à faire varier les points de vue sur un même objet tout comme à poser aux spécialistes du domaine des questions d’ordre anthropologique et sémiotique qui pourraient se révéler de portée générale.
 


Programme :

Matinée : 10h – 13h, salle 015 (RdC)

Introduction par Jean Lassègue (CNRS)

La monnaie comme objet technique
Florian Téreygeol (CNRS)

La naissance de la monnaie grecque ou comment dire la vérité du monde social
Christophe Pébarthe (université de Bordeaux 3)


Après-midi : 15h – 17h, salle l’IRIS (5ème étage)

La monnaie grecque, le signe et la forme
Frédérique Duyrat (Cabinet des médailles)

Femmes, échanges, monnaies en Occident
Emmanuel Désveaux  (EHESS)
 

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Finance as a response to global environmental crises? Critical analysis of the ‘economicization’ of carbon emissions and biodiversity

Appel à communication - Lundi 22 mai 2017 - 20:00A conference hosted by theCentre for Globalisation and Governance, Universität Hamburg, GermanyDates: 29 Nov-1 Dec 2017Conveners: Eve Chiapello (EHESS Paris) and Anita Engels (Universität Hamburg)Submission deadline for paper proposals: 22 May 201 (...)(...)

Lire la suite

3ème édition des Rencontres Annuelles d'Ethnographie (RAE)

Journée(s) d'étude - Jeudi 24 novembre 2016 - 09:003ème édition des Rencontres Annuelles d'Ethnographie (RAE).Organisées autour de 13 ateliers thématiques réunissant des doctorant.e.s et des chercheur.e.s de différentes disciplines en sciences sociales pour échanger sur la pratique de l'ethnogra (...)(...)

Lire la suite

Le discours à l’intersection des pratiques sociales et des pratiques langagières : remarques sur l’Amérique latine

Journée(s) d'étude - Mardi 18 octobre 2016 - 14:00Le discours bénéficie d'une existence paradoxale : constitutif de l'espace social, il est à l’origine des rapports de pouvoir et d’opinion dans une société ; en même temps, le discours est constitué par l'espace social à travers des pratiques quo (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Linguistique Anthropologique et Sociolinguistique – Institut Marcel Mauss

LIAS–IMM / UMR-8178

190-198 Avenue de France – 75013 Paris
Tél. : 01 49 54 25 24/26 10
Fax : 01 49 54 26 70
lias@ehess.fr