Agenda |

 

A la recherche de la matrice du langage

Soutenance de thèse de Vincenzo Raimondi/18 décembre 2013

Vincenzo Raimondi

soutiendra sa thèse intitulée

« À la recherche de la matrice du langage : Des approches mentalistes de l’interaction sociale au languaging »,

préparée sous la direction de Michel de Fornel,

le mercredi 18 décembre 2013, à 9 heures,

en salle 8,105 boulevard Raspail – 75006 Paris.

Composition du jury

- Didier Bottineau, Chargé de recherche au CNRS, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense,

- Stephen J. Cowley, Professeur, University of Southern Denmark,

- Michel de Fornel, Directeur d’études, École des Hautes Études en Sciences Sociales,

- Chistophe Parisse, Chargé de recherche au CNRS, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense (rapporteur),

- Victor Rosenthal, Chargé de recherche à l’INSERM, École des Hautes Études en Sciences Sociales,

- Paul J. Thibault, Professeur, University of Agden (rapporteur).

Résumé de la thèse

La relation entre le langage, d’une part, l’interaction et la socialité, d'autre part, suscite un intérêt renouvelé à travers un éventail d’hypothèses d’ordre phylogénétique, ontogénétique et comparatif qui fondent le modèle de l’« infrastructure sociocognitive ». Les tenants de cette approche, comme Tomasello et Levinson, s’appuient sur des études empiriques sur l’attention conjointe, l’acquisition du langage et la conversation, pour postuler l'existence d'une infrastructure cognitive humaine universelle héritée biologiquement qui serait à la base de l’interaction sociale. Cette infrastructure comprendrait la lecture précoce de l’esprit d’autrui et la motivation à l’engagement social, et expliquerait l’apprentissage culturel dont relèverait le développement des compétences linguistiques. Les sciences du langage rejoignent ainsi de plein droit le domaine interdisciplinaire des études sur la « cognition sociale ». Les argumentations, essentiellement mentalistes, avancent des hypothèses problématiques (la lecture des intentions comme précurseur du langage) tout en se basant également – les tenant pour acquis – sur des conceptions de l’esprit et du langage qui devraient à leur tour être expliquées, ainsi que sur des modèles fonctionnalistes inadéquats. Ma thèse consiste à montrer qu’il est au contraire nécessaire de se tourner vers une explication constitutive du langage et de l’interaction humaine, ce qui n’est possible qu’en abandonnant les perspectives cognitivistes et néo-darwinistes. À cette fin, un véritable changement de paradigme épistémologique s’est imposé, en particulier dans le sillage de la pensée de Maturana. Cette approche permet de considérer le domaine de l’opération de l’individu comme le domaine adéquat pour expliquer l’interaction humaine à travers le dispositif analytique de la « coordination », et, par l’abstraction de l’invariance de sa dynamique, d’y identifier les conditions de possibilité du langage (et de la culture) : son organisation fondamentale, à savoir la coordination consensuelle récursive (languaging), et sa caractérisation en termes de phénotype ontogénétique, notion qui permet d’en comprendre l'établissement phylogénétique et développemental.

Comprendre les conditions constitutives de l'interaction, du langage et de notre socialité spécifique implique alors de révéler la matrice opérationnelle-relationnelle dans laquelle nous existons en tant qu’êtres humains. Cet appareil explicatif, génératif de la phénomènologie socioculturelle, permet sans la reconduire à un principe ou à une faculté. De nouvelles hypothèses en découlent, allant de l'acquisition du langage aux origines évolutives de notre mode de vie bio-logiquement culturel.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

La condition blanche. Réflexion sur une majorité française

Journée(s) d'étude - Vendredi 29 juin 2018 - 08:30 Journée d’étude « La condition blanche. Réflexion sur une majorité française »organisée par Mathilde Cohen (CNRS-IMM-UConn) & Sarah Mazouz (CNRS-CERAPS) Vendredi 29 juin 2018,Salle 13, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris(salle 11 pour les pauses (...)(...)

Lire la suite

Les chercheurs et leurs pratiques : discours, savoirs, pouvoirs

Journée(s) d'étude - Lundi 11 juin 2018 - 09:00Researchers and their practices: discourses, knowledge, power3rd Workshop organized by Institut Marcel Mauss (IMM), Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (CEMS), Groupe Sciences et Technologies (GST) and the ERC DISCONEX team. Organisateurs :Johanne (...)(...)

Lire la suite

"Social Reflexivity and Informalization"

Journée(s) d'étude - Jeudi 17 mai 2018 - 09:00Journée d'étude "Social Reflexivity and Informalization"17 mai 2018 - 9h-18h30Reid Hall. 4 rue de Chevreuse, 75006. Métro: Vavin ou Notre-Dame-des-Champs Cette journée d'étude, qui se déroulera en anglais, a pour vocation de faire dialoguer la notion (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Linguistique Anthropologique et Sociolinguistique – Institut Marcel Mauss

LIAS–IMM / UMR-8178

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tél. : 01 49 54 25 24/26 10
Fax : 01 49 54 26 70
lias@ehess.fr